mona-pollution

Il y a déjà longtemps que je vous dis qu’Arte est une chaîne de grande qualité. Avez-vous vu le passionnant documentaire sur le prix de la Nature, nouvel eldorado de la Finance ? Si non, en 90mn environ, vous saurez tout sur ce qui se trame en le regardant ci-dessous .

Pour ceux qui n’ont pas le temps de visionner ce reportage, quelques informations. Ces messieurs de la finance et les grands groupes les plus pollueurs s’intéressent de plus en plus à Dame Nature. Pour la sauver ? Oh, non ! Pour faire du fric. C’est d’ailleurs un certain Pavan Sukhdev, ancien banquier à la Deutsche Bank qui est le gourou ayant mis au point la philosophie de ce projet diabolique : puisque les politiques écologiques n’ont pas obtenu de résultats probants, donnons une valeur aux pluies, forêts, coraux, zones humides…. et vendons-les aux pollueurs. Aux Etats-Unis, il est déjà possible d’acheter des actions de « banques d’espèces menacées » qui s’engagent à protéger certains animaux, comme la mouche des sables au Texas. En échange de cet investissement, l’entreprise obtient le droit de s’installer sur la zone où elle pourra détruire les mêmes animaux qui y vivent. De même, en finançant des entreprises qui plantent des arbres en Afrique, des industriels obtiennent le droit de polluer librement en Europe, puisqu’ils ont ainsi « compensé » leurs émissions de carbone. Tant pis si ce n’est pas sur le même continent.

Mona, dans quelques années, qui sait si les banquiers n’auront pas acheté l’air et nous feront payer pour respirer. En attendant prenons plaisir à ouvrir ce Saint-Emilion Grand Cru Classé 2005 Château Côte de Baleau. Vinifié par les équipes du Clos Fourtet, ce vin à 80% merlot est gourmand. Les fruits dominent tant au nez qu’en bouche. Très joli vin.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :
,

mona-kegel

Connaissez-vous le Docteur Kegel ? Non, ben c’est dommage ma chère Eva Prandesonpié. En 1948, ce gynécologue californien a développé une méthode de contrôle de l’incontinence chez les femmes après l’accouchement. Il proposait à ses patientes des exercices pour renforcer les muscles du plancher pelvien. Non seulement elles évitaient ce problème mais certaines confièrent au médecin que leur plaisir sexuel était amélioré.

Aujourd’hui encore, on utilise ces exercices pour les problèmes urinaires. Si ce mal touche essentiellement des femmes, on a constaté qu’ils amélioraient la situation des hommes éjaculateurs précoces. En 2014, une étude italienne l’a confirmé. Quarante hommes ont pratiqué ces exercices durant 12 semaines. Au terme, 33 ont observé une nette amélioration. S’ils lâchaient la purée après 31,7 secondes en arrivant, ils pouvaient se retenir 146,2 secondes après les séances. Et chaque homme risque d’être concerné au cours de sa vie. Près d’un sur deux connait, a connu ou connaitra le largage incontrôlé de sa béchamel.

Aussi encouragez votre compagnon à travailler son bas-ventre. On peut le faire n’importe où même en faisant autre chose, en voiture, au bureau…. Alors aucune excuse pour ne pas essayer. Et lorsque votre homme ne crachera plus sur votre gazon, vous pourrez vous aussi grimper au rideau. C’est tout ce que je vous  souhaite, Eva Prandesonpié.

Mona un périnée de compétition.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :
,

mona-peur

Aujourd’hui, je vais vous raconter un fait divers qui n’a pas révélé tout son mystère.

A quatre heures du matin, le 18 août 1847, les domestiques de l’hôtel Sébastiani, rue du faubourg Saint-Honoré à Paris, sont réveillés par des appels au secours qui viennent de la chambre de la duchesse de Choiseul-Praslin, née Fanny Sébastiani de La Porta. L’un d’eux se précipite et trouve porte close ce qui n’est pas dans les us de ces maisons où le personnel peut être appelé à tout moment. Vite, il sort dans le jardin pour accéder aux fenêtres de la chambre. Là, il voit un homme qui se cache et qui ressemble sacrément au Duc de Choiseul-Praslin. Pénétrant dans la pièce, il trouve la duchesse baignant dans son sang, le corps affreusement lacéré.

Au petit matin, la police ouvre l’enquête. Tout accuse Monsieur le duc. On retrouve de ses cheveux dans la main crispée du cadavre. L’arme du crime est retrouvée dans une commode de l’hôtel. Des vêtements maculés de sang sont déposés dans sa chambre.

Mais, le duc de Choiseul-Praslin n’est pas un simple quidam. Son père était le chambellan de l’empereur Napoléon 1er. Lui-même est Pair de France. Et seule la Cour des Pairs a le pouvoir de le mettre en état d’arrestation et de le juger. La culpabilité ne fait aucun doute et cinq jours plus tard, il est enfermé à la prison de Montparnasse. Et puis on arrête Henriette Deluzy, âgée de vingt-neuf ans qui, est depuis six ans la préceptrice des enfants du couple si ce n’est qu’elle vient d’être renvoyée le mois précédent par la duchesse qui soupçonne son mari de la tromper avec la jeune femme.

Le duc ne prononce qu’une phrase durant sa détention : « je nie tout formellement ». Quelques heures après son incarcération, il est pris de vomissements et perd connaissance. Un médecin est appelé mais il ne pourra rien faire. Monsieur avait avalé une forte dose de poison avant de quitter son domicile. Le 24 août, il décède dans sa 43ème année.

S’étant suicidé, il est enterré en catimini au milieu de la nuit. Plus tard lorsque l’affaire sera un peu oubliée, son corps sera transporté dans le caveau familial du château de Vaux-le-Vicomte.

On ne sut jamais les mobiles du meurtre. Henriette fut relaxée et se maria avec un pasteur américain et elle partit pour New-York où elle vécut jusqu’en 1875…

Il reste que les Praslin qui nous donnèrent les pralines se seraient bien passés de praslinisée qui devint synonyme de femme coupée en morceaux. Mais heureusement ce mot a disparu de notre vocabulaire.

Alors Mona, pas trop effrayée. Pour vous remettre, un vin de Bordeaux bien agréable : Château Malartic Lauriol 2011. Un assemblage à forte dominante Merlot donne un vin que l’on peut boire dès maintenant : une belle longueur en bouche avec des notes poivrées.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :
, ,

Que c’est-il passé ? Aucun article n’est passé depuis mardi… Nous prions nos lecteurs d’excuser cet incident indépendant de notre volonté.

mona-manque

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :

mona-ronflement-03

Eva Fairinmaleur m’a adressé un courrier d’où ressortent un épuisement et un grand découragement. Certes son compagnon, récemment rencontré, est un amant exceptionnel et lui présente chaque jour des hommages appuyés qui lui sont devenus indispensables mais lorsque son jules a fini sa partie de polochon, il s’endort instantanément et après deux ou trois minutes, il ronfle en sifflant comme une locomotive à vapeur lancée à pleine vitesse.

Et Eva la pauvrette, ne pouvant fermer l’œil se fatigue un peu plus chaque nuit. Aussi sa lettre est un véritable au secours. Mona, me dit-elle, je veux garder mon étalon mais envoyez moi un truc pour que je puisse pioncer. Question de vie ou de mort…

Moi quand je lis ça, je suis glacée comme un esquimau sortant à poil de son igloo. Bien sûr ma belle qu’on va s’occuper de son voile du palais à ton homme. En effet, le ronflement est une vibration des tissus de la gorge détendus par le sommeil. Il est établi que dormir sur le dos facilite le ronflement. Donc il faut empêcher le gonze de s’étendre dans cette position. Et là j’ai un truc infaillible. Si, si. Une fois vos ébats terminés, il faut inciter le mâle à enfiler une veste de pyjama. Certes après une tranche de jambonneaux, c’est pas sympa, mais quand il faut, il faut.

Et à l’intérieur de la veste, vous aurez préalablement cousu une balle de tennis. Quand le ronfleur veut se mettre sur le dos dans son sommeil, la baballe le gêne et normalement il se remet sur le coté.

Allez essayez ça et si ça ne marche pas, il vous faudra consulter un toubib ou essayer Oniris.  

Bon courage Eva.

Mona un sommeil de plomb… même si vous ronflez comme un goret. 

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :

mona-tendrete

L’autre jour, je vais chez mon boucher et lui demande un morceau de bœuf à griller bien tendre. Après avoir ouvert sa chambre froide, regardé, tâté quelques morceaux, il décroche un bout de viande et commence à trancher en me disant : vous allez vous régaler, c’est du beurre et c’est d’une tendresse… !
Inutile de reprendre cet homme de l’art (ou de lard), je paie et rentre chez moi. Pour le repas de midi, j’avais convié un ami à partager ma pitance. En engouffrant son steak, il me félicite pour la qualité de cette viande en disant : Purée, qu’elle est bonne et d’une tendresse incroyable.
Alors là les bras m’en tombent. Je le reprends vertement: Mon gars, si tu la pratiquais plus souvent, tu n’emploierais pas «tendresse» pour «tendreté» pour ce bout de barbaque. Et toc. Mais il ne se démonte et me lâche : Ah, c’est pas grave, le principal, c’est qu’on se comprenne.

Ça, c’est des coups à me faire péter un câble. Pour me calmer, je fonce sur le Larousse qui est à la langue française ce que le Jello est à la cuisine anglaise. P, S, T, Ten… tendresse. Bon alors inculte, écoute.

Tendresse : Sentiment tendre d’amitié, d’affection, d’amour qui se manifeste par des paroles, des gestes doux et des attentions délicates.
Tendreté : Qualité de ce qui est tendre, notamment des viandes.

Certes, après réflexion, je me dis que j’aurais pu lui dire moins brutalement, mais j’en ai marre de ces agressions permanentes contre notre langue. En quelques années, après la quasi disparition du subjonctif, les accords sont en train de passer à la trappe. Il reste peu de journalistes, de moins en moins de politiques à accorder les participes passés. Pour illustrer mon propos, un exemple parmi tant d’autres : Toutes les décisions que j’ai pris…

Bon, ben moi ça m’arrache les oreilles. On doit dire : Toutes les décisions que j’ai prises. Ceci est valable même si on est un mec. Alors rien de tel qu’une petite révision et quelques exercices.

Mona eu le maximum de points. Il faut dire qu’elle est bien accordée avec Lépicurien.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :
, ,
Mona essaie le hyperdecanting

Mona essaie le hyperdecanting

En septembre 2012, Nathan Myhrvold, un auteur à succès de livres de cuisine américain, gourou de la cuisine dite moderne a écrit :

Les amateurs de vin savent depuis longtemps que décanter un vin avant de le servir améliore souvent sa saveur. Bien que la carafe traditionnelle  soit la plus utilisée, c’est un moyen assez peu performant. Il ya quelques années, j’ai trouvé que je pourrais obtenir de bien meilleurs résultats en utilisant un mixeur de cuisine ordinaire. Il suffit de verser le vin dedans, mettre la puissance maximale pendant 30 à 60 secondes, puis laisser la mousse se dissiper (ce qui arrive rapidement) avant de servir. J’appelle cette technique : « hyperdecanting. »
Bien que torturer un vin cher de cette manière peut attrister des œnophiles sensibles, ce procédé améliore presque invariablement les vins rouges, en particulier les plus jeunes, mais même un Château Margaux 1982.

Les bras m’en tombent. Comment peut-on écrire de telles âneries. Et le gars insiste. Selon lui l’hyperdecanting améliore les petits vins. Et pour appuyer sa thèse, il propose à chacun d’organiser une dégustation avec un groupe d’une dizaine de personnes et selon lui, 90% des participants confirmeront une amélioration du vin. Depuis aux States, il est de bon ton de sortir son pied à soupe, son mixer pour épater les copains.

Bon, permettez-moi de ne pas partager cet enthousiasme. Passer au mixer un Château Margaux 1982 est une aberration. Un tel vin doit au contraire être traité avec respect et délicatesse…

Que certains vins californiens bas de gamme, surchargés en copeaux de bois résistent aux manipulations les plus atroces, pourquoi pas, que ce brassage permette de détruire les échardes qui se détachent des staves … mais de grâce, laissez tranquilles nos grands vins ciselés par le temps. Ils ne demandent qu’à nous donner du plaisir, tels que la bouteille les aura façonnés.

Ceci étant dit, depuis longtemps les adeptes du carafage et ceux qui y sont opposés se chamaillent. Selon les uns, le passage en carafe facilite l’accès aux vins jeunes, les autres estiment que l’oxydation est la pire des choses… Il serait temps que nos œnologues et universitaires tranchent ce débat sans fin.

Ma chère Mona, inutile de sortir votre mixer, nous boirons un vin de Vosne Romanée 2011 du Domaine Mugneret-Gibourg. Si vous lisez ces rubriques, vous savez que je suis fan. Les vins y sont toujours d’une extrême finesse et d’une élégance exceptionnelle. Bien que jeune, ce vin avec un morceau de viande nous ravira…dès maintenant.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :
, , ,

mona-pointg

C’est à vous dégoûter de rendre service. Faire du bien à son prochain (sa prochaine dans le cas qui va nous occuper) peut être répréhensible. Alors si votre voisine vous sollicite pour un service, étudiez bien sa demande avant de l’aider.

Reprenons les faits. Kurt de Cincinnati (Ohio) a obtenu son diplôme de médecine en 1992. En 1996, il s’est spécialisé en obstétrique et gynécologie. En 2010, une patiente lui demande de lui préciser où se situe son Point G. Le Doc, plutôt que de se lancer dans de longues explications, de tracer un crobard pas forcément très clair, enfile un gant et in situ cherche et dévoile le fameux Point G.

Bon, la patiente apprécie la pertinence de la réponse. Elle apprécie tellement qu’elle revient quelques jours plus tard. Elle dit que son mari et elle ont du mal à le retrouver le point qui fait fondre. Qu’à cela ne tienne, il lui propose de recommencer l’exploration de son cratère. Mais cette fois, pour que la patiente comprenne bien, il balade son doigt ganté jusqu’à ce que la femme grimpe aux rideaux en inondant la table d’auscultation. Sympa, non ? Rien ne vaut une telle expérience pour mémoriser, non ? Une semaine plus tard, afin de compléter les connaissances de Madame, lors d’une nouvelle visite, il trempe son biscuit juste pour compléter les connaissances de la dame. Là, on peut dire qu’elle a eu la totale, plus d’explications, c’est difficile. Non ? Un prof dévoué comme ça, ça ne se trouve pas sous les sabots d’un cheval. Merde. Quel professionnalisme !

Est-ce la dame qui lui a fait de la pub ? Toujours est-il qu’une autre patiente veut elle aussi veut en savoir plus sur sa boîte à trésor et ce d’autant plus qu’avec son mari, ils ont du mal à entamer un chiard. Pas de problème, le gynéco lui donne un cours vivant avec le gant vissé sur l’index. Elle monte au ciel sans qu’il ait eu même besoin de lui présenter son marteau-piqueur moustachu à vibrations. On peut dire que le gars, il connait son sujet.

Alors non seulement, suite à dépôt de plainte, Kurt a été viré de l’hôpital, mais le 31 janvier dernier, on vient de le radier. Il ne pourra plus exercer. Alors mes petites chattes, si vous voulez des infos sur le Point G, il faudra vous contenter du discours tristounet de votre gynéco.

Afin de vous éviter de vous fatiguer à m’envoyer des jets d’insultes, comprenez que tout cela est du deuxième degré. Quant à moi, je connais si bien mon chaudron que le Point G n’a plus aucun secret.

Mona parfois un humour grinçant.   

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :

mona-larves-salade

Vous connaissez Hermetia illucens ? Communément appelée mouche soldat noire, elle est peut-être l’avenir de l’humanité.  En effet, il semble de plus en plus difficile de produire suffisamment de viande pour les besoins qui croissent sans cesse. Dès 2050, il faudra augmenter la production de 50%. Or cela se fera au prix d’un risque de pénurie d’eau, d’autres ressources alimentaires. Il faut donc chercher des solutions de remplacement.

Et Hermetia semble être une des pistes les plus intéressantes. En effet, la larve est économique et rapide à élever et sa chair est très nourrissante.  

Des études sont menées par Ynsect pour en faire des farines animales. Poissons, volailles, porcs pourraient être nourries ainsi.

Mais plus fort, des expériences sont menées çà et là pour que chaque ménage puisse faire son propre élevage de larves pour les consommer en pâté ou salades… Katharina Unger a mis au point un incubateur facile à utiliser prenant peu de place pour un rendement maxi. J’ai demandé à Mona de commencer un élevage. 

Bon je dois vous dire que je n’ai pas encore testé ce mets et je ne peux donc vous donner des idées d’accord avec tel ou tel vin. En dégustant la Terrasse d’Elise cuvée Elise 2006 prenez du plaisir. D’une longueur remarquable, ce vin du Languedoc a des tannins soyeux, du volume en bouche et de jolis arômes de fruits noirs. Que c’est bon !

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :
, , , ,

mona-maria-merian

Sans être une féministe engagée, encore moins une femen, j’aime rendre hommage à certaines femmes un peu oubliées par la déferlante de l’histoire. Après quelques révolutionnaires, place à une entomologiste du XVII° siècle qui a laissé des planches superbes mais surtout un travail scientifique important. Elle fut en effet la première à faire le lien entre la chenille et le papillon. Avant elle, des théories fumantes affirmaient que les papillons sortaient de nulle part. Cela confortait les partisans de la génération spontanée. Bien que les femmes à l’époque étudiaient peu, Maria Sibylla Merian eut la chance de naître dans une famille d’éditeurs qui lui transmirent l’art de l’illustration. Mais elle ne se contenta pas de peindre. Elle étudia les insectes et notamment ceux d’Amérique du Sud et en se rendant sur place, ce qui était un exploit pour l’époque et ce d’autant plus qu’elle était femme…

Attirée par le monde des aptérygotes et des ptérygotes, elle éleva des chenilles et constata qu’après quelques semaines de vie rampante, la bestiole s’isolait dans une chrysalide et en ressortait magnifiée en papillon. Comment une créature aussi vilaine pouvait dégager une telle beauté en s’envolant.

Et tout ceci me fait penser à moi. Comment moi dont le visage était si ingrat au moment d’une adolescence boutonneuse devint si rayonnant que l’EDF voulait m’embaucher pour éclairer le monde si banal de ses consommateurs.

Mona a une taille guêpe et des fourmis dans les jambes.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :
, , ,

mona-degustatrice

Vous savez le bonheur que j’ai de travailler pour Lépucurien. Ce grand homme m’a tellement appris de choses que je lui dois tout et c’est presque du vol qu’il me gratifie d’une rémunération. C’est bien entendu la connaissance du vin qu’il m’a transmise. L’éventail incroyable de crus qu’il m’a proposé m’a permis de comprendre les subtilités du jus de la treille et même si je ne lui arrive qu’à la cheville lorsque nous sommes un verre à la main en train d’écouter le vin, je suis très fière du chemin parcouru. Un jour de dégustation, je voulus en savoir plus. Comment ce génie avait-il pu emmagasiner tant de connaissances sur la boisson de Bacchus. Lépicurien se fit un plaisir de me raconter son long apprentissage. Je reprendrai in extenso les paroles employées pour expliquer cette passion dévorante :  

Tout petit déjà, j’ai aimé la dégustation, me dit Lépicurien. Aussi loin que remontent mes souvenirs, me reviennent de longues tétées gourmandes et moi qui essayais de distinguer le goût du sein droit de celui de gauche sous le regard tendre de ma maman qui avait une devanture de première bourre, style melon de cavaillon. Et chaque jour selon ce que ma mère avait mangé, je pouvais distinguer poisson, viande, légumes… En grandissant, je demandais à ma cousine de me mettre dans le bec toutes sortes de choses : carambar, calisson, bêtise de Cambrai, nougat, chocolat… et mémorisais toutes ces sucreries. Lorsque ma mère allait au marché, j’avais plaisir à l’accompagner. Là, les yeux fermés, je m’approchais des étals et sentais à pleins poumons les effluves de poisson, viandes, fruits… et même qu’un jour je me suis retrouvé sous les jupes d’une imposante commerçante. Je reniflais à pleins naseaux son persil dru comme du crin qui dépassait du cabas. Je reçus une baffe mais cette odeur resta gravée dans ma mémoire bien que je ne l’aie jamais retrouvée dans aucun flacon.

Ainsi parle mon mentor, mon maître, mon patron. Que c’est beau cette vocation précoce.
Mona tellement de chance de l’avoir…

Vous avez aimé cet article? Partagez-le :